Le contexte du débat

Vous avez tous vos amis et vos parents qui vous disent ne pas avoir confiance dans facebook, google et d’autres sites parce qu’ils récupèrent vos informations et les utilisent. Le problème est que le monde semble découvrir ces méthodes pratiquées par des entreprises avec ou sans scrupule seulement maintenant alors que cela a toujours exister, et dans deux minutes vous comprendrez que ce problème est bien plus profond et est présent autres part que sur internet.
Dans ce texte, il y a énormément de notions que vous connaissez déjà, je ne prétend pas diffuser de la connaissance mais plutôt organiser une certaine façon de penser.

Le marketing analytique

Comment une entreprise fait pour créer le produit parfait pour son client ? Elle l’étudie, cherche à le comprendre et pour cela, elle a créé des outils réunis sous le terme vendeur de « marketing » ou mercatique pour les amoureux de la langue de Black M. Le Marketing est un terme qui fait rêver et qui atténue la réalité de son propos : il regroupe des outils qui ont uniquement pour but d’orienter les entreprises à faire les meilleurs choix, il faut comprendre ici : comment vendre mieux avec la marge la plus importante.
Toute une partie du marketing est d’ailleurs concentrée sur ce sujet : il s’agit du marketing analytique : on analyse le comportement des consommateurs et des non-consommateurs. A quel moment un individu sera plus susceptible d’acheter un produit en particulier ? Un exemple classique de cela est le calendrier du cinéma, on remarque que la période septembre-décembre est faites pour des sorties familiales alors que la période juin-aout concerne les gros blockbusters hollywoodiens. Et bien la raison à cela est simplement que le temps morose et froid de la fin d’année vous invite à vous replier sur la cellule familiale et l’approche des fêtes de fin d’années donne plus envie d’aller voir un film pour toute la famille plutôt qu’un film risquant de heurter la sensibilité de vos têtes blondes.
On voit au travers de ce début d’explication que l’analyse des individus est au cœur des stratégies des entreprises productrices de services et de biens.
Aujourd’hui, on a l’air de s’étonner que des sites internet utilisent nos données mais des entreprises qui utilise nos donnée avec ou sans notre consentement, cela existe depuis bien plus longtemps que facebook et l’internet. Pour rappel, la première Loi Informatique et Liberté date de 1978 qui avait pour objectif de protéger les citoyens français contre l’utilisation de leur données et du fichage, bien avant facebook. Mais ce n’est pas avec le fichage d’état que nous allons défendre notre point de vue. C’est avec quelque chose que tout le monde connait et utilise sans même réfléchir et qui est bien plus perfide. Il s’agit des carte de fidélités. En effet, la récupération des données des clients (ou utilisateurs) date des premières cartes fidélité. Ne vous êtes vous jamais demander à quoi pouvait servir ces bouts de plastique ? si vous avez cru que c’était pour faire plaisir au client ou même le fidéliser que les entreprises ont créé ce système, vous vous trompez fortement. En réalité, ces cartes de fidélité permettent grâce aux informations que vous produisez de réaliser des économies faramineuses aux entreprises. Si l’on devait expliquer cela, nous le ferions avec Madame Bertrand.

Madame Bertrand

Madame Bertrand est une femme âgée de 55 vivant dans un cercle de 2 km autour de son magasin alimentaire préférée, on le sait parce que ce sont les informations qu’elle a donné pour obtenir sa carte de fidélité. Lorsque Mme. Bertrand fait ses commissions, elle produit grâce à sa carte fidélité que les agents de caisse demandent systématiquement des informations pour le compte de l’entreprise. En effet, tous ses achats réalisés sont associés à sa carte fidélité et par exemple nous savons que le mardi, Mme. Bertrand achète ses légumes alors que le vendredi elle préfère acheter de la viande pour le weekend.
Et des Mme Bertrand, il en existe des milliers pour chaque magasins. Cela permet à ce dernier d’orienter ses politiques de logistique : le mardi, on renouvelle les légumes alors que le vendredi, il faut avoir de la viande fraiche. De même, le magasin s’aperçoit que l’on achète principalement de la viande de boeuf plutôt que du porc ou du cheval, il va donc réduire ses efforts pour proposer du porc et se concentrer sur le boeufs. Ce système explique en parti la disparition de la viande de cheval dans les grandes surfaces : les clients n’en achète tout simplement pas et ne sont pas demandeurs non plus. Là où le système a un minimum de décence est qu’il propose une certaine contrepartie, qui reste très maigre par rapport aux économies que vos renseignements permettent de réaliser. Vous obtenez des réductions sur les marques (principalement sur les marques distributeurs), pour votre anniversaire, vous avez le droit à un petit cadeau si vous achetez un autre produit, bref il y a une contrepartie.
Attention, cette contrepartie n’est qu’un prétexte pour nous garder captif de leur système d’information, nous sommes captifs, à cause de ces cartes fidélité, d’une certaine enseigne de distribution. Qui plus est, nous sommes heureux, des esclaves heureux de ces systèmes. Souvenez-vous, vous avez sûrement déjà eu un ami vantant les mérites d’une telle carte en vous expliquant pourquoi vous risquiez la mort si vous ne vous en procuriez pas une rapidement.
Quand les humoristes se moque gentiment en disant : » quand vous avez une carte fidélité pour tous les magasins autour de vous, vous n’êtes pas du tout fidèle ». Et bien sachez que les enseignes ne s’intéressent pas du tout à votre fidélité mais ils veulent s’assurer que vous utilisiez votre carte en caisse, vous n’êtes pas fidèles mais bien captifs de leur système d’information.

Conclusion

Ainsi, se battre contre l’utilisation de vos informations personnelles sur internet alors qu’un espion se cache tranquillement dans votre portemonnaie, cela peut faire rire. et encore, nous n’avons même pas aborder la question des smartphones ou des systèmes d’information utilisés par les entreprises pour traiter vos informations.

Et surtout, comment voulez-vous lutter contre les 1001 façons de récupérer vos informations ? Aujourd’hui encore, un outil facebook permettant à la plateforme de publier automatiquement l’information que vous avez été sur une certaine page bien précise a vu le jour.
Aujourd’hui, le débat doit évoluer. L’utilisation des informations personnelles ne date pas d’hier. Mais Il faut aujourd’hui ouvrir le débat à de nouvelles questions : Si l’on peut percevoir une certaine forme de rémunération du producteur d’informations, vous, (discutable entre nous) dans le cas des cartes fidélités, il n’existe pas aujourd’hui de réseaux sociaux rémunérant ses utilisateurs pour l’information qu’ils produisent hors, vous êtes bien producteurs d’un service que devrait normalement être rémunérés mais qui ne l’est pas. Ne pourrait-on pas envisager un réseaux social qui lorsqu’il utilise vos informations vous rémunère en contrepartie ? De même, comment rémunérer les utilisateurs pour leurs informations sans pour autant tomber dans l’inutile ?
La perte de popularité et la défiance des utilisateurs vis-à-vis de facebook ne pourrait-elle pas se résorber en affichant clairement ses objectifs et en fournissant une contrepartie à ses usager ?
Toutes ses questions doivent être inclues au débat, chose que l’on ne fait pas aujourd’hui. Attention, il faut bien entendu militer pour la protection des données utilisateurs mais il nous faut aussi voir toutes les questions connexes qui rendent le débat bien plus complexe qu’il n’y parait.
Voila, ces deux minutes sont terminées. J’espère que maintenant vous êtes convaincus que le système d’utilisation des données clients est bien plus enraciné dans notre culture et dans le réel. Ce qui se passe sur Internet n’est qu’une partie de l’Iceberg contre lequel nous devons lutter afin de faire valoir nos droits en tant que « producteurs d’informations ».

Voilà ce que j’avais à dire sur le sujet.

happy-smile